Oeuvres

Présentation

Présentation





Je ne poursuis ni grands desseins Ni merveilles qui me dépassent

h. 50,00 x l. 20,00 cm
Biography in English in Section "Présentation".

Jean-Denis Castro, né en décembre 1950, est un peintre autodidacte.
Il traverse quarante années de sa vie sans peindre.
Pendant cette longue marche, passionné par les cultures du monde et, notamment, par les cultures chinoise et vietnamienne, il rencontre les œuvres littéraires et poétiques traditionnelles d’écrivains et de poètes de ces deux peuples qui nourrissent au fil des ans son cheminement, notamment  les œuvres de François Cheng et de Gao Xingjian, .
En 2004, la découverte des œuvres des peintres et lettrés chinois anciens des Monts et des Eaux, exposées au Grand Palais à Paris, réveille la passion de sa jeunesse pour la peinture.
Encouragé par son épouse, il se met à l’ouvrage et apprend la trace du souffle qui chemine sur le papier, grâce aux œuvres des maîtres anciens que sont  Wang Fu (1362-1416), Wu Wei (1459-1509), Tang Yin (1470-1523), Wen Zhengming (1470-1559), Nizan (1301-1374), Mi Youren (1074-1153), Song Zu (1525-1606), Zhao Bosu (1124-1182), Zhang Dun Fu, Shen Zhou (1427-1509), Gong Xian (1619-1689), …
Après sept années de travail acharné au crayon, à l’encre de Chine, à « l’encre chinoise » (qu’il nomme ainsi parce qu’il la fabrique lui-même) et quelques essais à l’aquarelle, il décide, en août 2011, de présenter au public une première œuvre à l’encre chinoise, suivant en cela  la belle pensée de François Cheng : « Toute beauté invisible est vaine.»
Il envoie une création à l'encre chinoise sur papier intitulée " Lumière et passages" au jury de la Société Nationale des Beaux Arts, qui la retient pour son Salon annuel au Carrousel du Louvre de décembre 2011.
En février 2012, il décide de poursuivre cette démarche et de présenter quelques œuvres sur la…  Toile.
En mars 2012, le bureau de la Société Nationale des Beaux Arts propose à l'assemblée générale sa candidature pour qu'il devienne membre associé de la Société Nationale des Beaux Arts.
En septembre 2012, le jury de la Société Nationale des Beaux Arts retient pour la deuxième année consécutive, une œuvre à l'encre chinoise sur papier intitulée "Je viens sur les ailes de l'aurore" pour son Salon annuel du Carrousel du Louvre de décembre 2012.
Début 2013, il crée neuf œuvres qui sont exposées du 23 avril au 25 juillet 2013 à l'Ile Rousse en Corse.

En septembre 2013, le jury de la Société Nationale des Beaux Arts retient une nouvelle fois une œuvre à l'encre chinoise sur papier intitulée "Des îles - Des pins sur les îles - Et le bruit frais du vent" pour son Salon annuel du Carrousel du Louvre qui s'est tenu du 12 décembre 2013 au 15 décembre 2013.

Au printemps 2013, il crée 14 œuvres, comme les 14 jours de la saison d'un Suiseki, dont plusieurs sont en dialogue avec cinq haïkus, un waka et deux poèmes chinois de plusieurs grands poètes japonais, des versets de psaumes et des haïkus personnels, pour une exposition qui se tiendra du jeudi 20 mars 2014 au mercredi 30 avril 2014, chez Rosebud Fleuristes, place de l'Odéon à Paris. Au cours de l'hiver 2013-2014, il crée 10 nouvelles oeuvres dans le même esprit pour cette exposition.

Du 23 octobre 2014 au 10 novembre 2014, il participe à la 17ème Biennale des artistes du 6ème arrondisement de Paris avec son encre sur toile "Ferme les yeux, regarde, la vie est une aurore".

En septembre 2015, le jury de la Société Nationale des Beaux Arts retient une nouvelle fois une œuvre à l'encre chinoise sur papier intitulée "La vallée heureuse" pour son Salon annuel du Carrousel du Louvre qui s'est déroulé du 17 décembre au 20 décembre 2015.

Depuis le printemps 2016, deux de ses oeuvres sont accueillies par la Boutique Altonna, 6 rue de l'Odéon à Paris (6ème).

Ses créations à l'encre de Chine sont réalisées au pinceau (français).

                                   ************

Les lettrés et peintres anciens, à chaque fois qu’ils s’inspiraient de leurs ainés, faisaient référence, en les nommant, à ces "maitres racines"  qui leur avaient transmis leurs souffles.
Dans le respect de cette tradition généreuse du "chemin des maîtres", Jean-Denis Castro rend aussi hommage aux maîtres anciens à chaque fois qu’une de ses œuvres a été inspirée et nourrie du souffle de leurs œuvres.