STAGES : LE TROMPE L'OEIL

 

 

Ce « genre pictural » est connu depuis l’Antiquité. On se rappelle l’anecdote rapportée par Pline, selon laquelle, Leuxis avait peint des raisins d’une manière si réaliste que des oiseaux furent trompés, se jetant sur la toile pour les manger. Il fut trompé lui aussi à son tour lors d’une visite chez un autre peintre, son rival, lorsqu’il voulut écarter le rideau qui couvrait la toile. Car il n’y avait pas de vrai rideau, il était peint !

Réaliser une peinture dans le genre appelé « Trompe l’œil » demande beaucoup de technique, mais aussi de la patience et une discipline rigoureuse. C’est ainsi que l’on arrive rendre la ressemblance étonnante avec le modèle, les moindres détails de texture, de la matière des objets, des ombres et lumières, de tout ce qui est nécessaire pour créer l’illusion du réel. Le peintre doit s’exercer au rendu pictural des diverses matières, comme le bois, le papier, les tissus, la pierre et le marbre, et être capable de reproduire les éclats de la céramique, les brillances et transparences du verre, la facture si particulière du métal, etc.

Les photographies qui suivent ont été prises lors de mes cours au Mobilier National et à la Manufacture des Gobelins, dans le cadre des stages de formation. Lors de ces cours, les stagiaires quittent leurs ateliers pour devenir, visiblement avec grand plaisir, de simples « élèves », mais des élèves assez spéciaux, car leur niveau est élevé. D’où aussi la part de plaisir qui me revient. Lorsque je dis « Manufacture des Gobelins » j’inclus aussi les ateliers de Lodève et d’Aubusson. J’ai choisi surtout des vues d’atelier, mais il y a aussi des œuvres. On peut voir parfois deux phases de travail du même sujet.

 

 



        


          

     


  

 
Notes
- Toutes les images de cette page ne sont pas encore chargées. Elles le seront au fur et à mesure de leur préparation.
- Les stagiaires ont travaillé aussi d’après des reproductions de certaines œuvres de peintres comme W. Harnett, R. Cadoré, J. Gouzy, etc. 


 
VOS IMPRESSIONS ? N’OUBLIEZ PAS LE « LIVRE D’OR »…
 

 
.