thierry demaubus

 Mendrisse : une soif d’absolu

 

Pour Mendrisse, le tableau signifie l’énigme du sujet. La peinture représente pour lui un acte vital grâce auquel il s’affirme en s’exprimant. « Je est un autre » disait Rimbaud.
 

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        La primauté du sujet n’empêche pas la présence du peintre qui se renforce dans l’émotion éprouvée.

Sans vouloir à tout prix lui restituer son apparence, Mendrisse interroge inlassablement le corps qu’il étire par la maîtrise du geste et la force de la couleur transparente ou impétueuse.

 

Comme un guerrier du feu du dedans, comme un templier des temps nouveaux ou prochains, il court les grands espaces intérieurs armé simplement de ses brosses et couleurs.

Le ton est décidé , tout comme la touche décidément lyrique, flirtant entre abstraction et applications figuratives, Mendrisse sait imprégner ses toiles de mystère même s’il ne semble pas pouvoir ni vouloir se séparer de ses personnages qui ne sont pas que des êtres mais des espaces d’émotions et d’histoire, des instants retenus qui s’ouvrent sur l’infinitude.

 

Comme une intention d’humanité restée en suspens qui confie la figure au geste, au trait qui peint, où les mouvements s’interpénètrent dans des matières qui sèchent comme une terre sans cesse à reconquérir…

L’Artiste confère à chaque geste, à chaque expression des vertus spécifiques d’espaces qui se mêlent en un mystérieux récit plastique où la femme occupe une place prépondérante.

Certes une tête n’est pas un être. Ni un visage une personne. Toutefois les formes peintes par Mendrisse, ouvertes au sens et à l’interprétation des regards, semblent renvoyer la peinture à ses origines premières : celles de transcender le vécu et de dire cette transcendance.

 

Mendrisse prend toujours en compte cette origine, comme s’il était question d’une véritable démarche ontologique qui le conduit à exprimer ces moments de force ou de fragilité qui jalonnent l’existence.

Dans ce dialogue permanent avec l’âme, l’artiste part à la rencontre de l’autre, de l’essentiel peut être avec cette soif d’absolu que seuls les vrais peintres appréhendent.

 

L’art de Mendrisse renoue avec les vraies racines de la création artistique : celles qui nourrissent le regard d’une profonde spiritualité.

 

                                                                                         T. Demaubus   Valeurs de l’art Juin 95
.