Biographie

                                                        
    SITE OFFICIEL                                  

BIOGRAPHIE
Marie-Claire D’ARMAGNAC



 


Au "clos Jany" Cap d'Antibes avec sa mère, Marie-Madeleine
 

Naissance à Sant’Andrea di Cotone (Corse).
Marie-Claire, née CORTESI, demeure pétrie de ses origines.

Reste aussi en elle, quelque chose d’indéfinissable,  car sa mère la mettra au monde 4 mois après le décès de son père Rodolphe.

A 19 ans, elle se marie à Antibes avec André DARMAGNAC
Sa signature situe aussi,  son attachement à la Gascogne, sa terre de cœur.
 



 

L’une de ses réflexions sur la peinture
 

« Peindre ? C’est pour moi, se mettre à nu au cœur du chaos et chercher l’Etoile…

Tendre ce fil d’Ariane qui me permettra de saisir, au-delà de l’œuvre,  cette vie que je soupçonne et vois jaillir dans la couleur, la forme et la lumière… »
 

Artiste dans l’âme
 

Un diplôme et un concours (pour faire plaisir à sa mère), la dirigent tout droit vers le fonctionnariat.
Elle démissionne très vite. D’autres horizons l’attirent…

Depuis sa plus tendre enfance, elle s’isole dans sa chambre et passe des heures à dessiner. Déjà, elle s’invente un monde en s’évadant dans les nuages… couchée face à la mer, au Cap d’Antibes, où sa mère s’est remariée et lui a donné deux sœurs: Juliette et Odile.
Victor, son beau-père, qu’elle appelle « papa » lui dit souvent «  Tu seras peintre je le sais ! »…

Elle a 10 ans. Son premier vrai tableau plait à Victor…il le présente dans une galerie de la rue James Close à Antibes. Vendu !
Alors, elle suit dans sa ville des cours de dessin et peinture et se découvre une passion pour l’Histoire de l’Art.
 

Destination Gascogne
 

En 1972 elle s’installe dans le Gers, terre natale de son époux.
Cette région que Guy de Maupassant compare à la Toscane la fascine.
Loin des mirages de la Côte d’Azur, elle se révèle à une autre vie plus intérieure et vraie…

Coloriste, visionnaire et onirique, elle oscille en permanence entre douceur et violence.
Dans ses veines coule ce sang corse qui ne saurait mentir et traduit déjà ses émotions dans les couleurs flamboyantes de certaines de ses œuvres.





"Une fleur qui ressemble à mon rouge idéal "Hst 81X65



 L’artiste en devenir qu’elle est à l’époque, passe tout son temps à peindre, essaie différentes techniques, travaille sur différents supports, se documente, étudie, expose et rencontre aussi des personnes très influentes dans la région.
 

Parmi les peintres qui l’ont  enchantée, on trouve Chagall, Turner, Gauguin, Caspar David Friedrich, Klimt, Odilon Redon Nicolas de Stael, Leonor Fini ,Tamara de Lempicka, Hopper et Andrew Wyeth… 
 

Dessins d’anatomie
 

Entre 1980 et 1985, elle réalisera pour Philippe SOUCHARD, les dessins et postures de nombreux ouvrages de Kinésithérapie dont certains ont été édités aux Editions de Médecine Maloine.
 

Ses débuts
 

1980 demeure pour elle une année charnière, avec sa première grande exposition extra-muros, au Centre Culturel d’Agen.
Dans la ville, ses affiches côtoient celles du peintre Uria Monzon qui expose au musée. Heureux présage !
En prime,  son exposition fait la Une des quotidiens régionaux.
« Le petit Bleu » titre : « Les fugues célestes de Marie-Claire D’ARMAGNAC »
Le journaliste, conquis,  écrit sur une « femme fleur », un peintre-oiseau…

 Fort de ces évènements positifs, son mari l’encourage à se présenter à Toulouse et n’hésite pas à la déposer avec ses œuvres devant une galerie : La galerie du Taur.
Contact chaleureux, avec les frères LAFFONT, qui débouchera sur une exposition tous les deux ans jusqu’en 1988 lorsque la galerie fermera ses portes.

Elle décide en 1987 de « monter » à Paris, en train,  avec 10 toiles dans ses bagages
Elle entre ainsi à la Galerie Vanuxem et à la Galerie Castiglione.
 

FR3 Toulouse réalise un reportage sur son exposition en 1982.
 

Commandes publiques
 

Entre 1984 et 1987, elle réalisera 4 commandes publiques émanant de ce qui s’appelait à l’époque, Le Ministère des Postes et ce, dans le cadre des 1%. 




Peintre à part entière
 

En 1989, elle cesse toute activité (elle était correspondant de presse)  pour se consacrer entièrement à la peinture
 

Elle est affiliée à la Maison des Artistes et Membre de l’ADAGP
En 1989 exposition personnelle à l’Université de Madrid
En 1991, elle entre à la Galerie Guigné Paris
En 2004, pour le Centenaire de DALI, elle participe à une grande exposition réunissant 5 peintres dont François BOUCHEIX et Bernard LOUEDIN à la Galerie Au  Temps qui  Passe alors dirigée par Elios MARTINEZ

Ses expositions se succèdent aux USA, en Allemagne, en Suisse, Chine etc..
 

Restant en dehors de tout courant ou école, Marie-Claire D’ARMAGNAC peint librement sans regarder ses contemporains. Son œuvre sortie de « nulle part » comme elle aime le dire, prend naissance dans ses émotions pour devenir lyrique, onirique , tout en étant empreinte des questions sur l’essentiel que l’artiste se pose.
 

« A la limite de l’abstraction et du figuratif, des scènes nous apparaissent, finissent pas nous appartenir, tant il nous est loisible de les interpréter selon notre état d’âme du présent… D’ARMAGNAC ne peint pas la réalité, elle la métamorphose… »
JL Avril critique d’art
 

Décors monumentaux
 

C’est aussi entre 1984 et 1989 qu’elle peint des décors monumentaux dans les Arènes d’Eauze et ce,  pour des spectacles organisées par Paul BARRIERE avec les artistes de l’Opéra Comique de Paris
 
 

Une drôle d’histoire
 

L’un de ces décors : une vierge « Macarena » de 2 m réalisée pour l’Opérette «  Andalousie » sera remarquée par le Club Taurin d’EAUZE. Une cérémonie religieuse officialisera ce tableau dans le sacré, pour devenir « Madone des Arènes ».

Une procession pour le conduire dans la Chapelle des Arènes a lieu désormais tous les ans en juillet. 




Sur la Place d'Armagnac, devant la Cathédrale, le départ de la procession...
 

Rencontre 
 

En fait, c’est en 1998 que tout se bouscule dans sa vie par un évènement important .
La rencontre avec son agent.
Elle travaille avec lui sous exclusivité pendant dix ans. Il édite sur elle plusieurs plaquettes.

Depuis 1998 ses œuvres sont régulièrement présentées en France dans des ventes aux enchères.
Elle est présente dans les ouvrages de références et de cotation officielle tels que ARTPRICE, AKOUN etc.
 

 
En juin 2000 l’une de ses œuvres est vendue chez SOTHEBY’S à New-York ( Artvalue) 
 

Collections en France et étranger
 

Une liste exhaustive de ses expositions serait trop longue,

Notons que sa signature figure dans de nombreuses collections particulières en France, Portugal, Suisse, Allemagne, Angleterre, Japon, Usa, Chine, Nouvelle Calédonie, Côte d’Ivoire et
dans la collection Zichy-Thyssen en Floride.
 

Livres
 

En 2010 collectionneuse, devenue amie Henriqueta CASTANHINHA , poète et musicienne au Portugal, réalise et édite  un ouvrage  intitulé «  Résonnances »  sur les 40 toiles exposées à la Galerie «  Au Temps qui Passe »  en SUISSE.



 

Novembre 2013 : Edition d'un artist's book




 

Vidéo
 

Vidéo de l’atelier : Portrait de Marie-Claire D’ARMAGNAC : http://www.youtube.com/watch?v=BPLPbVF5TH 
 

Conférence
 

Août 2012… à MARCIAC (Gers)… Elle parle de « L’art pictural ou l’Invitation au voyage » dans le cycle de conférences  organisées pendant «  Jazz in Marciac »
 

Expositions récentes
 



avec les sculptures de Vandenberghe


Novembre et décembre 2012 :Art Fait Shanghai et Art Fair Shenzhen  ( Chine)
Novembre décembre 2012 et janvier 2013 : Exposition Plexus Art Gallery à Montreux Suisse.
Mai 2013 : Invitée d’honneur dans la cadre du 43° Salon des Antiquaires d’Eauze
Invitée d’honneur au 46° Salon des Artistes du Lauragais à Castelnaudary.

15 novembre -14 décembre 2013 : Exposition personnelle Galerie Valera Tarbes.

 

Pour 2014
Projet exposition à Berlin 
 

Presse et Bibliographie
 

Nombreux articles de presse dans les journaux d’information et presse spécialisée.
Avec iconographie, plusieurs ouvrages ont fait référence à sa peinture.
 

A noter
 

En novembre 1989, sa voiture est cambriolée à Nice et 10 toiles sont volées.
En 1995, 17 toiles disparaissent aux USA.
Rien à ce jour n’a été retrouvé !


Conditions générales d'utilisation de ce site
Toute reproduction ou représentation, en tout ou partie, à d'autres fins sur un quelqconque support est interdite.
Le non-respect de cette interdiction constitue une contrefaçon pouvant engager civile et pénale du contrefacteur.
Toutes les oeuvres et photographies de ce site appartiennent à son auteur et sont prtégées par des droits d'auteur.
La défense des droits d'auteur de Marie-Claire D'ARMAGNAC est gérée par l'ADAGP, située au 11 rue Berryer-Paris 8°
Tél: 01 43 59 09 79 


Contact : Marie-Claire D'ARMAGNAC
 5, Val Fleuri 32800 EAUZE ( France)



 

 

 

 

 
 
.